Publié par : Xavier Bordes | 17 décembre 2012

CARAVANIER – 16.


16. PÉRIPLES

.

Tous feux éteints parmi l’ondoyant effroi

à naviguer ensemble

.

Tes seins à la proue

Dressé le gréement du mât corsaire

Et la salamandre somnolant dans son étable de suie

.

Le cap sur l’astre à travers les pierriers

jusqu’à l’illimité et sa tendresse bleue

.

Point de jeux sinon émus

ainsi que des oiseaux dans les rires du vent

Les étreintes folles sur le gaillard d’arrière

.

Passionnément jetés à l’abordage

d’une carène musicale aux flancs grêlés d’étoiles.

.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :