Publié par : xavier bordes | 30 juin 2014

Surrection


 

Surrection

.

Je t’ai regardé longtemps dans tes langes cette première fois

davantage pétrifié d’être soudain grand-père que je ne l’avais été

d’être père jadis Le silence était de loin en loin troublé par les cris

des mouettes en maraude qui venaient du port aux beaux voiliers

.

Je t’ai regardé longtemps Ne crois pas que c’était pour chercher

les traits d’une quelconque ressemblance ou profil héréditaire

Non Seulement pour prendre conscience de ce que les années

m’ont appris De cette sorte de minuscule prodige qui jamais

.

n’a d’équivalent L’infime présence neuve incomparable avec

déjà ce regard inouï qui ne mettra que trois jours pour fixer

les choses et ces yeux qui plantent dans les nôtres d’un coup

l’impénétrable profondeur d’un Jugement encore inaltéré

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :