Publié par : xavier bordes | 29 février 2016

Guayaquil


Guayaquil

.

Fleurs de coton aux flancs des dents bleues,

qui tremblent dans la mer teintée d’azur sombre,

guitares et flûtes, des robes tournoyantes dansent

au sein des foules du marché, trèfle d’or à l’oreille.

.

Qu’on me parle du soleil et des grappes blanches

de la coca ! Du paysan qui cueille les grains rouge

de café dans la forêt pleine du vacarme des oiseaux !

Les souvenirs étalés sur des bâches sèchent au vent…

.

Lancinant l’invisible à l’oreille zinzine chaque nuit,

vibration chuchotée à douceâtre odeur de sang :

à l’aube un garçon bouclé porte un cageot de chuño

tandis que larmoie le vert-de-gris du Libertador.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :