Publié par : xavier bordes | 29 février 2016

Sibylline insomnie


Sibylline insomnie         

.

                                                               Au cher petit Ezra.
.
N’écoute pas l’enfant spectral qui tombe dans la nuit
N’exagère pas les vertiges du noir espace de silence
qui fait résonner ton chagrin comme un choc secret
Nul ne connaîtra jamais le puits où tournoie ta chute
.
La chance est qu’il n’existe pas de mur, de vrai mur
Que ton univers – même sombre – est attentif, audacieux
Nappe d’eau en tes jeux couverte de voiliers imaginés
avec l’élan franc d’un oiseau qui ne ressent pas les limites
.
Celui qui dans tes bras ne sait pas encore qu’il rêve
d’avenir, garde-le, précieux comme un lot de gemmes
que la vie te confie un moment avec leur lumière
jusqu’au jour où tu devras les restituer sans regrets.

 

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :