Publié par : xavier bordes | 20 avril 2016

Poésie émétique


.

Poésie émétique

.

Ah, si mes poèmes pouvaient vaincre les neiges et nuées sombres de mes hivers comme au jardin le font les roses de Noël !

.

Même dans les coins d’ombre où les murs semblent frissonner de froid, elles s’éclairent d’une profusion de corolles diaprées….

.

Ellébore, ellébore grenue, sur le conseil du fabuliste, afin de purger mon esprit de sa mélancolie, je te volerais volontiers trois grains…

.

Que mes humeurs noires se dissipent et fassent place à l’éclaircie par où, dans l’échancrure de l’azur, de longs pinceaux de lumière se fraieront,

.

à travers l’inexplicable et vaste détresse dont est nappé mon paysage, un chemin jusqu’à mes espoirs pétrifiés pour qu’alors tels des bourgeons

.

chacun d’entre eux reprenne vie ; qu’ils me rendent, où se posent mes yeux, les scintillements de cette rosée d’amour universel qui est

.

depuis toujours le rêve des baladins-poètes, grands pourvoyeurs, vaguement ridicules, de chansons d’aube, trobar-clus et autres odes élégiaques…

.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :