Publié par : xavier bordes | 15 juillet 2017

Comédie de percée vers l’outreciel


Comédie de percée vers l’outreciel

.

J’ai constamment renchéri sur ma vie poétique

à mesure

que j’en voyais s’abréger la chandelle

Dès le premier jour se devinait à travers les brumes

du futur le maillet fatal

.

Mais impossible d’entrevoir

la main qui le tenait

.

Du bec une mouette est venue cueillir

la flamme presque mourante

et l’a reportée sur un cierge neuf

qui s’est allumé ainsi qu’un soleil parmi

les vitraux changeants des nuées

.

Dans le bois voisin un pic épeiche

martelait sur les clous d’un invisible cercueil

.

Recommençant chaque matin

Pénélope ou Moire d’entre les oiseaux

dans l’indifférence générale des très vieux chênes

et les cris indignés des geais de passage

.

Le paysage de ma vie s’est cantonné à une pluie

d’images vives comme Perséïdes

et secrètement doubles comme la beauté

qu’il fallait délivrer

.

Faisant front aux embruns j’ai pétrifié

le monstre et sur la mer

j’ai cinglé à toutes voiles

en emportant mon fragile amour

.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :