Publié par : xavier bordes | 24 janvier 2018

Songeant à Baudelaire


Songeant à Baudelaire
.
Te regardant exister Ezra vif et gracieux
et néanmoins garçon – incontestablement ! –
je me disais que l’un des plus forts traits
de la Beauté – chez les vivants tout autant
que dans les objets – c’est qu’on y perçoit
le mystère de ce qui est en puissance d’avenir
.
Avenir de ce qu’enveloppe cette Beauté
mais avenir aussi de ce qu’elle pourrait
réveiller au fond de nous par son apparition,
par le rapport que nous avons avec Elle…
.
C’est ce qui travaillait déjà les poètes
rêvant de s’en aller « au fond de l’Inconnu
rechercher du Nouveau » Comme si l’ici
et maintenant recelait – pour celui qui sait
éprouver la Beauté – l’azur splendide, pur
et latent d’une anticipation paradisiaque !

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :