Publié par : Xavier Bordes | 14 mai 2019

Invasion et retrait


Invasion et retrait
.
Plus l’écriture t’efface et plus
existe la ferme réalité des choses
Ton ombre sur elles se déforme
sans les atteindre ni même
véritablement les toucher
Au pire à une certaine heure
enveloppe-t-elle ton espace
de sa nuit postillonnée d’astres
avec la bénédiction d’un grillon
lancinant comme l’alerte électronique
d’une chambre d’hôpital qui couine
en vain auprès d’un grabataire
sanieux et malodorant
dont plus personne ne se soucie

 

.


Responses

  1. La fin, celle du poème, sont poignantes. Sac/âge


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :