Publié par : xavier bordes | 25 mai 2019

Aspirant poète


Aspirant poète
.
Sur la langue, ce bavardage fluide du fruit, qui transit comme un baiser de femme aimée.
.
Tu demandes pourquoi je te regarde aussi intensément ? Parce tu est réelle, bras frais, épaules tièdes.
.
Le pourpre foncé du velouté dont s’enorgueillit le chiffonnement savant d’une rose éternelle, ton sang irrigant mon poème.
.
La Beauté debout est géante. La Beauté couchée est vie, présence, accueil, indulgence, amour par-dessus tout.
.
Carrousel du firmament, où s’époumonnent les étoiles sans pour autant éviter que le silence ne convertisse leurs chants en lumière, je suis le cancer de ton zodiaque !
.
La rivière dans le noir balbutie comme un nouveau né avec les lèvres d’or de la lune ; ce qu’elle dit, joncs et roseaux le consignent séveusement dans leurs pelures concentriques.
.
Précautionneusement, tels ces papyrus enroulés de Qûmran, tu dénoues les phrases de la nuit, et celles sans air de la lune, vieux crabouillet scribouillard !
.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :