Publié par : Xavier Bordes | 27 juillet 2019

Sept notes sur  E l l e…


Sept notes sur  E l l e…
.
Lorsque tu l’as rencontrée, foudroyante, E l l e  incarna d’un coup ton désir. Ne serais-tu pas épris, avant tout, de ce désir ?
.
Du silence gelait toutes les conversations lorsqu’ E l l e  entrait, inondant le salon d’une si lumineuse fraîcheur qu’il en semblait rétréci.
.
E l l e  présente, l’espace s’emplissait d’une ambiance d’où toute menace semblait exclue. Des échos étouffés tendaient au plafond un étonnement étoilé.
.
Sa voix aérienne, évoquant le pin sylveste et l’aéroport, remuait l’âme des plus sages, comme si l’on ne pouvait être conscient de son monde qu’en s’effaçant.
.
Quand l’irréel précipite dans une vie à l’improviste, il se concrétise en réel au tréfonds de cette vie ; du point de vue des autres vies, il instille du surréel.
.
E l l e  disait que l’intensité de l’amour qu’on ressent pour une personne se mesure au temps que l’on consent à se laisser voler par cette personne.
.
Régnant sur un paradis dont le quotidien n’était que l’ombre,  E l l e  douait les objets et les événement d’un relief irisé, d’un orient changeant de perle.

.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :