Publié par : Xavier Bordes | 29 juillet 2019

L’âme et l’ancolie


L’âme et l’ancolie
.
Le mystère que le chat guette par la fenêtre
dans mon esprit ressemble à des fougères
de givre au sein desquelles chante un oiseau triste
.
Si moi-même je regarde évidemment
je ne vois rien dehors qu’une touffe bleue d’ancolie
De surcroît le chat en question n’existe plus
.
Il a été emporté par une vague obscure
avec la fenêtre et son contenu d’années anciennes
quand le flux a repris ce qu’il avait donné
.
Ne subsistent qu’à l’improviste une fugace
impression de fourrure couleur d’encre
pelotonnée sur le siège vide près de mon bureau
.
Et souvent perçant la nuit deux prunelles d’or
qui ne quittent pas des yeux mon insomnie
imbue d’un noir plus noir encore que le noir

 

 

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :