Publié par : Xavier Bordes | 30 septembre 2019

Deux fois l’éternité


Deux fois l’éternité
.
L’homme obsédé par l’homme
la femme par la femme
les uns par les unes, les unes par les uns :
chassé croisé comme une brûlure
jamais cicatrisée, comme une plaie au flanc
d’un pin qui suinte indéfiniment
sa viscosité d’or transparent
convoitée par les oiseaux et les insectes
.
Et parfois après des millions d’années
il en reste un bloc d’ambre
en lequel l’éternité a emprisonné
un filigrane de réalité arachnoïde
extrêmement complexe qui ressemble
tantôt à une sphinge tantôt à un minuscule
chérubin à tête de Minotaure
pétrifié en plein élan

.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :