Publié par : Xavier Bordes | 9 juin 2020

Cantus firmus – 13/14/15


13
*
Je fus pour le péril
pour l’obsession de la rumeur
qui racontait une princesse de cent ans
toujours jeune endormie et magique :
belle comme un ibex d’or achéménide
aux ailes déployées
que l’écoulement du sable ignore
.
Fine lise des minutes par trois retournées
Poudre de lune et baisers qui raniment
ensemble la Dame et sa licorne blanche
en la tour du château ennuagé de tourterelles
qu’une forêt noire hérissée de ronces et d’ortie
cerne et défend avec des froissements de sources
.
Le manque d’Elle orientait là-bas mes pensées
d’où me venait le très faible tam-tam d’un coeur
chuintement cristallin du désir dans l’écorce
Presque rien d’audible Un palpitement d’étoile
au désert Le moment où le sylphe berger
donne un signal de transhumance aux dunes
.
Et voici deux fois cinq pétales satinés
s’ouvrir comme les paumes d’une fée :
deux vastes fleurs blanches à minuit
sur les branches de l’euphorbe indien…

.
14.
*
Ce matin je pense à la cloche du ressac
qui tinte avec des coquillages argentés
plein le gosier Par mes yeux intérieurs
je vois comme jadis le cuivre de l’aurore
résonner en lumière à travers les nuées
Les roses se délestent au sol de leurs
perles pures comme on roule les R et
leurs lèvres recommencent à murmurer
d’exquis vocables de parfum silencieux
Soudain l’on sonne à notre porte et voici
que paraît dans l’encadrement un grand
gaillard qui est mon fils – en ces temps
de restrictions, de distanciation forcée,
un soupir d’aise et de bonheur me prend
On dirait que d’entre les lourdes vapeurs
du ciel, à l’occasion d’un déchirant coup
de vent, le soleil a résolu de nous éblouir
en cueillant le quartier dans son filet de feu.

.
15.
*
Battements d’ailes de cristal
sur l’étagère de cuisine
les pots et bouteilles s’agitent
.
Un séïsme imperceptible
leur fait-il croire qu’il enferment
des oiseaux ou des écureuils
.
Ou serait-ce que des idées
s’efforceraient de s’échapper
de mon crâne d’argile ?
.
Mon sang énergumène
au bleu de mon coeur s’entrechoque
avec lui-même et veut sortir
.
Je murmure – Attends donc un peu
que je retourne en poussière
Si sage est le sable des urnes
.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :