Publié par : Xavier Bordes | 17 février 2022

Décès de Michel Deguy


16/2/2022… La gorge trop serrée pour aucun commentaire.

 

Métamorphose apollinienne

.                               Au poète de Gisants

Les arbres au jardin sont indifférents
à nos peines et des nuages de fleurs
printaniers y fleurissent comme si
quelque part se préparait un mariage

Le soleil devient flou et sa lumière
se brise dans nos larmes et celles
de la rosée car en secret la nature
poétiquement s’associe à nos chagrins

Ceux qui sont partis ne reviendront
pas sinon au pays de nos souvenirs
Qu’importe le lyrisme déchirant
et sentimental puisqu’il n’y a plus

personne et que nous ne serons
bientôt nous-mêmes que des noms


Réponses

  1. A reblogué ceci sur Traversées, revue littéraire.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :