En dépit du triste temps

En dépit du triste temps

.
La neige a surpris le paysage à l’aube          en le couvrant de l’immaculée propreté que l’imagination prête aux couloirs d’hôpitaux         tandis qu’ici ou là des linges vaguement rougis         suspendus aux fils invisibles du ciel        sèchent sur les toits
.
Un coup de vent parfois les emporte vers le nord        en association avec des nuées d’étourneaux          confirmant l’incessante migration des choses et des gens          et de mes anges qui – rarement vus – restent mes volatiles préférés
.
À midi hélas         le blanc avait fondu          restituant à la ville ses couleurs pisseuses          l’humidité des trottoirs assombris          les larmes sombres sous les fenêtres des façades         On jurerait une page soudain constellée d’écriture et de taches
.
Bouillies crasseuses         giclées sous les pneus des automobiles         Mal assurés les vieux hésitent           se hasardent sur la matité glissante        avec méfiance          certains tâtent de la canne devant eux         ainsi qu’un alpiniste du bout du piolet sonde la glace
.
Acide      une odeur de froid mouillé de temps en temps freine le souffle         Février chercherait-il à nous couper l’inspiration ?      Qu’importe         avec l’obstination du trappeur d’Alaska qui piste un renard argenté d’un à l’autre vallon         de page en page en dépit du triste temps j’écris…

.

%d blogueurs aiment cette page :